Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2010

Soutenance de thèse de Sylvie Zongo, 12/10/2010

mardi 12 octobre 2010

par Valérie PLOUVIN - publié le

Mme Brizard-Zongo Sylvie soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

Fluctuations multi-échelles et extrêmes dans les séries temporelles biogéochimiques à moyen et long terme en milieu marin côtier

Date : Le mardi 12 octobre 2010 à 9h30

Lieu : A la salle de conférence à la MREN Wimereux

JURY :

Directeur de thèse :
François Schmitt

Rapporteurs :
Stéphane Blain (PR, Université de Paris 6)
Gilles Durrieu (PR, Université de Bretagne Sud)

Membres :
Alain Lefebvre (Ifremer Boulogne)
Sami Souissi (PR, Université de Lille 1)
Pascal Morin (CR CNRS, Roscoff)
Jean Prygiel (PR associé, Université de Lille 1)
Benoit Sautour (PR, Université de Bordeaux 1)

Résumé :

Cette thèse porte sur l’étude de séries temporelles biogéochimiques à moyen et long terme, de façon à caractériser leurs fluctuations à de multiples échelles,et en particulier leurs extrêmes.Les données analysées proviennent en grande partie des programmes MAREL et SOMLIT.Le programme MAREL a été mis en œuvre par l’Ifremer et basé sur des mesures à hautefréquence. Le programme SOMLIT est un service d’observation labellisé depuis 1997 par l’INSU.Ces mesures sont effectuées tous les 15 jours, par prélèvement, en un point fixe dans les eaux côtières en Manche.
Pour l’analyse de ces séries temporelles, les méthodes utilisées sont empruntées aux domaines de l’analyse numérique et de la turbulence. Cette étude est effectuée en 3 parties. Dans la première partie, l’analyse du spectre de Fourier a permis de mesurer l’influence du forçage physique sur la distribution des paramètres à haute fréquence. Dans la seconde partie, la comparaison entre des données SOMLIT et MAREL recueillies en des endroits très proches à Boulogne-sur-mer a pu montrer une complémentarité mais tout en mettant en évidence le caractère plus informatif du système MAREL. La comparaison entre deux sites distincts en Manche(orientale et occidentale) a permis de déceler les similitudes et les différences dans les teneurs des ratios (N : P : Si ; COP/Chla). Dans la troisième partie, on a pu mettre en évidence l’influence des événements extrêmes du débit de la Seine sur la distribution de certains paramètres biogéochimiques mesurés à Honfleur. Nous avons également mis en évidence dans le cadre de la DCE, l’influence de l’échelle d’étude sur les estimations de certaines métriques nécessaires à la définition du bon état écologique à partir des données issues de la haute fréquence.