Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2014

Soutenance de thèse de Peron Christina

le 20 octobre 2014 à Cayenne

par Valérie PLOUVIN - publié le

Christina Peron, Doctorante au sein du Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (LOG) soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

Dynamique littorale et tortues marines en Guyane française

Date : 20 octobre 2014

Lieu : Cayenne

Jury :

Directeur de thèse :

- Antoine Gardel (Maitre de conférences HDR, Université du littoral Côte
d’Opale)

Encadrant :

- Damien Chevallier (Ingénieur de recherche CNRS, IPHC Strasbourg)

Membres :

- Edward Anthony (Professeur, Université D’Aix-Marseille, CEREGE Aix en
Provence),

- Yvon le Maho (Directeur de recherche CNRS, IPHC Strasbourg), Rachel Berzins (ONCFS, Guyane),

- Benoit de Thoisy (Chercheur, Institut Pasteur de Guyane)

Rapporteurs :

- Simon Benhamou (directeur de recherche CNRS, CEFE Montpellier)

- Franck Dolique (professeur, Université des Antilles et de la Guyane)

Résumé :

Les plages sableuses du littoral guyanais accueillent chaque année les pontes de tortues marines : tortues luth, vertes et olivâtres. En Guyane, les tortues doivent faire face à l’instabilité côtière liée au passage d’imposants bancs de vase le
long de ce littoral. La côte est en effet structuée en zone de bancs de vase, où l’environnement côtier est modifié avec le développement de forêts de mangroves, et en zone inter-bancs en érosion. Dans ce contexte, les plages de ponte
subissent de profondes modifications morphosédimentaires et peuvent devenir non attractives si elles présentent une érosion trop marquée ou elles sont envasées. L’instabilité de ce littoral peut également induire la création de nouveaux
sites sableux (cheniers), sites de ponte potentiels. La localisation des plages de ponte est donc fréquemment modifiée selon l’emplacement des bancs de vase.
Ce travail de thèse s’attache à étudier la dynamique morphosédimentaire des plages sableuses servant d’habitat de ponte aux tortues et les répercussions de la migration des bancs sur ces espaces. Dans ce contexte, l’arrivée et le départ des
bancs de vase sur les littoraux sableux entraine des répercussions géomorphologiques considérables sur ces secteurs sableux en modifiant la qualité du substrat. Pour appréhender ces répercussions sur les plages sableuses, une meilleure compréhension de la cinétique de migration des bancs est nécessaire. Une partie de nos travaux, ont donc consisté à suivre la dynamique de migration d’un banc de vase sur le littoral de Kourou. Cette étude a permis de mieux comprendre
les répercussions de la migration de ce banc sur ce littoral et a apporté une meilleure connaissance de la morphologie d’un banc lors de son déplacement, notamment des différences d’épaisseur de vase selon la localisation du banc. La principale zone d’étude, la plage d’Awala-Yalimapo, a été instrumentée entre 2011 et 2013 à une échelle mensuelle à pluriannuelle, ce qui a permis de comprendre le fonctionnement hydro-sédimentaire d’une des principales plages de ponte guyanaises. La plage de Yalimapo de par sa localisation estuarienne est pérenne. Toutefois, le rapprochement d’un banc de vase à proximité de la plage semble avoir accéléré l’érosion observée ces dernières années. Parallèlement à ce travail, l’activité de ponte des tortues marines a été recensée sur la plage d’Awala-Yalimapo permettant de mettre en évidence l’utilisation de certains paramètres environnementaux dans la sélection finale du site de ponte chez ces espèces. Les principaux déterminants sont la configuration de l’avant plage, la hauteur d’eau, les courants de marée et la dynamique morphosédimentaire de la plage d’accueil.