Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2013

Soutenance de thèse de Moâna Gothland

Le mardi 10 décembre 2013

par Valérie PLOUVIN - publié le

Moâna Gothland, Doctorante au sein du Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (LOG) soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

Déterminisme et impacts de l’invasion par les crustacés décapodes du genre Hemigrapsus en Manche/Mer du Nord

Date : Le 10 décembre 2013 à 14h30

Lieu : Station Marine de Wimereux, 28 avenue Foch, 62930 Wimereux

JURY :

Directeur de thèse :

- Dr. Nicolas SPILMONT (HDR, USTL)

- Pr. Lionel DENIS (USTL)

Rapporteurs :

- Dr. Guy BACHELET (HDR, Directeur de Recherche, CNRS Arcachon)

- Dr. Philippe GOULLETQUER (cadre de recherche, IFREMER Nantes)

Membres :

- Pr. Jean-Claude DAUVIN (Université Caen Basse-Normandie)

- Dr. Stanislas DUBOIS (cadre de recherche, IFREMER Plouzané)

- Dr. Tarik MEZIANE (Invité ; HDR, Muséum National d’Histoire Naturelle)

Résumé :

Conséquence directe de l’essor du commerce maritime, l’introduction d’espèces en milieu marin et littoral est à ce jour une des grandes causes de perturbation d’origine anthropique affectant les écosystèmes côtiers. Elles peuvent modifier la structure et le fonctionnement des écosystèmes marins à tous les niveaux biologiques (génome, individu, population, espèce, communauté et écosystème) via la prédation, le
parasitisme, l’introduction de pathogènes ou encore la modification physique et chimique des habitats. Parmi les espèces envahissantes identifiées en France, on note la présence de deux crabes asiatiques, Hemigrapsus takanoi et Hemigrapsus sanguineus, originaires tous deux du Pacifique Nord-Ouest. Ces espèces sont présentes à ce jour depuis la côte des Havres (Ouest Cotentin) jusqu’à Dunkerque sur la côte d’Opale. Localement, l’espèce native Carcinus maenas semble régresser au profit des Hemigrapsus mais cela n’est pas une généralité et le succès de l’invasion ne semble pas homogène le long de la côte. Dans ce contexte, ce travail a été mené dans le but d’identifier les raisons de l’hétérogénéité du succès de l’invasion en étudiant la dynamique de population et les traits biologiques de chaque espèce mais également par l’évaluation de leurs préférences alimentaires. Pour ce faire, les densités, la période de reproduction et de recrutement, la maturité
sexuelle et la longévité des espèces du genre Hemigrapsus ont été évaluées au sein de cinq sites pendant 13 mois. La composition isotopique du carbone et de l’azote (δ13C, δ15N) ainsi que la composition en acides gras des crabes et des sources potentielles (e.g. algues, bivalves, crustacés, polychètes) ont été étudiées saisonnièrement afin d’évaluer les préférences alimentaires de C. maenas et des Hemigrapsus. Il sera démontré qu’au travers de leurs traits biologiques H. sanguineus and H. takanoi sont caractéristiques des populations à stratégie « r », plus compétitives pour la conquête de territoire que les populations à stratégie « K », telles que celles de C. maenas. Il sera également démontré l’existence d’une compétition intra et interspécifique pour la ressource et l’importance des effets de densité-dépendance, de cannibalisme et de compétition pour l’espace dans la zone de nurserie de C. maenas. L’existence de femelles présentant des caractères distinctifs à la fois de H. sanguineus et de H. takanoi a amené à la mise en place d’analyses morphométriques et génétiques afin de les caractériser ; les résultats préliminaires en sont également présentés.