Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2013

Soutenance de thèse de M Antoine Tresca (4/04/2013)

04 avril 2013

par Valérie PLOUVIN - publié le , mis à jour le

M Antoine Tresca doctorant ULCO (GEPO)soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

(Contrôle souple de la dynamique éolienne le long d’un littoral artificialisé et propositions de gestion : le cas de la façade maritime du Grand Port Maritime de Dunkerque :)

Date : Le 4 avril 2013 à 9h30

Lieu : Dans l’amphithéatre de la Maison de la Recherche en Environnement Industriel (MREI 1), 189 A avenue Maurice Schumann, 59140 Dunkerque.

Directrice de thèse :

Mme Ruz Marie-Hélène

Rapporteurs :

Edward ANTHONY, Professeur, Université d’Aix-Marseille
Catherine MEUR-FEREC, Professeur, Université de Bretagne Occidentale

Membres :

Yvonne BATTIAU-QUENEY, Professeur Emérite, Lille 1
Pascal GREGOIRE, Docteur, Grand Port Maritime de Dunkerque
Arnaud HEQUETTE, Professeur, Université du Littoral

Résumé :

La façade littorale du Grand Port Maritime de Dunkerque est une cellule sédimentaire quasi-fermée où les formes dunaires résultent de l’imbrication de facteurs humains et naturels. Ce littoral peut être divisé en deux parties : la partie Ouest est constituée d’un cordon bordier sur une longueur de 7 km (plage du Clipon) et le long de la partie Est, la plage est adossée à une digue en enrobé bitumineux de 6 km de long (digue du Braek) où des transferts sableux se produisent. L’objectif de cette étude est de (1) caractériser les formes dunaires et leur évolution sur un site artificiel, (2) quantifier le transport éolien sur le haut de plage, le versant externe de la dune bordière et la digue du Braek, et (3) proposer des mesures de gestion afin de remédier aux contraintes d’exploitation engendrées par les dépôts éoliens sur les infrastructures. A moyen terme (28 ans), l’analyse diachronique de photographies aériennes montre que les
superficies dunaires ont fortement augmenté depuis 1983. A court terme (2 ans), des mesures topographiques révèlent que les dunes continuent de se développer aujourd’hui mais gardent la marque des interventions anthropiques passées. Sur la digue du Braek, des formes dunaires se sont naturellement constituées sur l’asphalte. Le sable a été colonisé par Ammophila arenaria qui s’est enraciné
sous l’enrobé par l’intermédiaire de fissures. Une typologie de ces dunes de digue a été proposée. A l’Est, des dunes se développent en pied de digue en raison de l’interruption des transferts sédimentaires longitudinaux par une jetée. Des piégeages éoliens in situ ont montré que le transport éolien était essentiellement contrôlé par la vitesse du vent et la source de sable disponible. Par vents frontaux et obliques, les dunes de pied de digue constituent la principale source des envols, et le transport éolien est favorisé par une accélération du vent sur le versant exposé. Différents types de brise-vent ont été testés sur l’ensemble du site afin de trouver le meilleur mode de gestion souple de ces envols de sable. Ces analyses montrent que si la localisation des structures brise-vent a une grande influence sur leur efficacité, les systèmes habituellement utilisés sur les plages (ganivelles, filets synthétiques) peuvent aussi
favoriser le développement de dunes sur une digue en asphalte. Les mesures de gestion envisagées sont la stabilisation des principales sources de sable en pied de digue ainsi que le renforcement de la dune bordière aux endroits les plus fragiles.