Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2011

Soutenance de thèse de Jean-David Grattepanche, 27/06/2011

Lundi 27 juin 2011

par Valérie PLOUVIN - publié le

M Grattepanche Jean-David doctorant en Géosciences, Ecologie, Paléontologie,Océanographie au sein du LOG à Wimereux, soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

" Trophodynamisme des protozoaires microzooplanctoniques en Manche Orientale"

Discipline : GEPO (Géosciences, Ecologie, Paléontologie, Océanographie),
Spécialité : Océanographie biologique

Date : Le lundi 27 Juin 2011 à 9h30

Lieu : Salle de Conférence de la MREN, LOG UMR CNRS 8187, 32 avenue Foch, 62930 WIMEREUX

JURY :

Directrice de thèse :
CHRISTAKI Urania, Pr., Université du Littoral, Wimereux, FRANCE

Rapporteurs :
DOLAN John R., DR CNRS, Université de Paris VI, Villefranche-sur-Mer, Fr.
SIME-GANDO Télesphore, DR CNRS, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, Fr.

Membres :
BRYLINSKI Jean-Michel, Pr., Université du Littoral, Wimereux, Fr.
KORMAS Konstantinos Ar., Pr., Université de Thessalie, Vólos, GRECE
VINCENT Dorothée, MC, Université du Littoral, Wimereux, Fr.
ZUBKOV Mike, Pr., Université de Southampton, Southampton, ROYAUME UNI

Résumé :

Le premier objectif de cette thèse est de caractériser la structure et la variabilité de la communauté des protistes hétérotrophes en Manche orientale, en relation avec les blooms phytoplanctoniques printaniers récurrents. Lesecond objectif est d’appréhender les relations trophiques existantes entre ce compartiment et les compartiments phyto- et zooplanctoniques. Dans un premier temps, un suivi de 2,5 ans (de février 2007 à juillet 2009) a été réalisé et a permis d’identifier (1)la variabilité saisonnière des protistes hétérotrophes liée à la dynamique des communautés phytoplanctoniques (bottom-up control) ; (2) leur variabilité d’une année à l’autre liée à l’amplitude du bloom de Phaeocystis globosa ainsi qu’à la durée de ce bloom ; (3) le rôle des dinoflagellés comme consommateurs principaux du phytoplancton en particulier de diatomées et de colonies de P. globosa (<100 μm). Ce suivi a également suggéré le rôle des copépodes en tant que prédateurs des protistes hétérotrophes (top-down control). Dans un second temps, des expériences de dilution (printemps 2009) ont permis de confirmer les hypothèses du suivi. La consommation du microzooplancton était équivalente voire supérieure à la production phytoplanctonique. Les expériences ciblées sur les spectres de taille du phytoplancton ont montré un broutage de tailles de proies différentes pour les ciliés (<10 μm) et les dinoflagellés (>10 μm) suggérant alors une absence de compétition
trophique. L’importance de l’hétérotrophie en Manche orientale a été confirmée par une expérience en microcosme (19 jours) entreprise à l’obscurité (14 jours). Le développement des protistes a été suivi, une semaine après, par les
métazoaires. Ceci a mis en évidence les temps de réponse de ces deux compartiments planctoniques à leur ressource trophique et confirmé le rôle de la communauté des protistes hétérotrophes comme consommateurs de
phytoplancton. Cette expérience a également permis d’estimer l’impact des métazoaires (en particulier des rotifères) sur les protozoaires microzooplanctoniques (prédation/compétition).