Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2015

Soutenance de thése de Clément Georges

Le vendredi 20 février 2015 à 9h00

par Valérie PLOUVIN - publié le

Clément Georges : Doctorant au sein du Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (LOG) soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

Diversité et distribution de la communauté micro-planctonique dans la région de Kerguelen naturellement enrichie en fer (Océan Austral)

Date :vendredi 20 février 2015 à 9h00

Lieu : Salle de conférences à la MREN Wimereux

DIRECTEUR DE THESE :
- Urania Christaki

RAPPORTEURS :
- Ingrid Obernosterer
- Ludwig Jardillier

MEMBRES :
- Rachid Amara
- Laurent Seuront
- Telesphore Sime-Ngando
- Gaetan Burgaud
- Sebastien Monchy

Résumé :

Depuis les années 90, les études portant sur les différentes zones HNLC ont permis d’étudier les effets biologiques et biogéochimiques qu’entrainaient les enrichissements artificiels ou naturels en fer. Il est maintenant bien documenté que l’enrichissement en fer induit des blooms phytoplanctoniques et notamment des blooms de diatomées. En dehors des diatomées, très peu d’informations sont disponibles concernant les autres groupes de protistes et en particulier les protistes hétérotrophes consommateurs du phytoplancton.
Ce travail a été effectué dans un contexte de fertilisation naturelle en fer, dans la région des îles de Kerguelen (océan Australe) pendant la campagne KEOPS 2 (Kerguelen Ocean and Plateau compared Study 2) lors de l’initiation du bloom phytoplanctonique et s’est focalisé en particulier sur les protistes hétérotrophes. Des approches moléculaires (tag- pyroséquençage 454) et morphologiques (microscopie) ont été utilisées afin de caractériser la structure des communautés de protistes dans la zone de référence HNLC et dans les différents blooms phytoplanctoniques. L’approche moléculaire a permis (i) de caractériser les communautés de protistes présentes (ii) de mettre en évidence des différences notables entre les structures de protistes dans la région HNLC et la région naturellement enrichie en fer, mais également entre les différents blooms. Les observations microscopiques ont révélé des tendances similaires entre les différentes régions mais aussi des liens significatifs entre les communautés microzooplanctoniques et leurs proies phytoplanctoniques. Les observations microscopiques ont également fournis des valeurs de biomasses des différents compartiments qui ont permis d’estimer le potentiel du microzooplancton en tant que consommateur du phytoplancton ou en tant que source nutritive pour le mésozooplancton.
Ce travail représente la première étude caractérisant la communauté des protistes planctoniques dans son ensemble dans un contexte de fertilisation naturel en fer.