Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2015

Soutenance de thèse de Alice Delegrange

Le vendredi 30 janvier 2015 à 9h00

par Valérie PLOUVIN - publié le

Alice Delegrange, Doctorante au sein du Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (LOG) soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

Impact du phytoplancton sur les juvéniles de bar (Dicentrarchus labrax) en milieu aquacole. Approches in situ
et expérimentales.

Date : Le vendredi 30 janvier 2015 à 9h00

Lieu : à la MREN salle de conférence Wimereux

JURY :

Directeur de thèse :

- Mr R. AMARA, Pr, Université du Littoral Côte d’Opale

Encadrante :

- Mme D. VINCENT, MCF, Université du Littoral Côte d’Opale

Rapporteurs :

- Mr P. SOUDAN, DR CNRS, HDR, Institut Universitaire Européen de la Mer,
France
- Mr J.-L. ZAMBONINO, Cadre Ifremer, HDR, Centre Bretagne, France

Membres :

- Mme H. HEGARET, CR CNRS, Institut Universitaire Européen de la Mer,
- Mme E. ROQUE D’ORBCASTEL, lfremer Languedoc-Roussillon, France
- Mme U. CHRISTAKI, Pr, Université du Littoral Côte d’Opale, France
- Mr A. LEFEBVRE, lfremer Manche Mer du Nord, France

Résumé :

Dans une ferme d’élevage de bar (Dicentrarchus /abrax) du sud de la mer du Nord, de fortes mortalités de bar coïncident régulièrement avec l’efflorescence phytoplanctonique printanière. Le rôle du phytoplancton dans ces mortalités a donc été étudié :
Un suivi saisonnier (février-novembre 2012) a permis de définir les communautés phytoplanctoniques en présence et, la diversité et la toxicité du genre Pseudo-nitzschia. Ainsi, trois espèces potentiellement toxiques ont été identifiées (P. delicatissima, P. pungens, P. fraudulenta) en association avec des concentrations élevées d’acide domoïque Gusqu’à 229 pg. mL-1 . Au cours d’une expérience
d’exposition (45 jours), les effets délétères de P. delicatissima sur lesjuvéniles de bar ont été étudiés. Si un stress d’exposition a été observé via la surproduction de mucus par l’épithélium branchial, cela n’a pas eu d’incidence sur la condition ni la physiologie des poissons. Les mortalités seraient donc davantage liées à un effet de communautés. Cette hypothèse a été testée en utilisant le pouvoir de filtration des moules (Mytilus edulis) en amont des bassins d’élevage. Cela a pennis de limiter l’ampleur de l’efflorescence phytoplanctonique printanière. En conséquence, les poissons élevés dans l’eau filtrée avaient de meilleurs condition, croissance et rapport ARN:ADN que ceux élevés dans l’eau de mer non filtrée. Ce travail souligne la nécessité de généraliser le suivi des communautés phytoplanctoniques afin d’identifier les espèces délétères et leur dynamique et de développer des outils de mitigation permettant d’atténuer l’impact des efflorescences phytoplanctoniques sur l’aquaculture.