Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2011

Soutenance de thèse d’ Isil Filipuci, 29/09/2011

Jeudi 29 septembre 2011

par Valérie PLOUVIN - publié le

Melle Filipuci Isil, doctorante en cotutelle au sein du LOG, soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

" Effets des stress environnementaux sur les poissons côtiers. Approche in situ et expérimentale"

Discipline : GEPO (Géosciences, Ecologie, Paléontologie, Océanographie),

Spécialité : Océanographie biologique

Date : Le Jeudi 29 Septembre 2011 à 14h00

Lieu : Salle de conférences de la Maison de la Recherche en Environnement Naturel, Wimereux

JURY :

Directeur de thèse :
Pr. Rachid AMARA

Co-encadrants :
Dr. Françoise HENRY & Pr. Melahat TOĞULGA

Rapporteurs :
Christophe MINIER (Prof. univ. du Havre)
Tarik MEZIANE (Dr. HDR MNHN)

Membre
Dr. Wilfried SANCHEZ (INERIS)

Résumé :

Les estuaires et les zones côtières constituent des territoires à forts enjeux stratégiques économiquement et pour
l’environnement. Ils assurent de nombreuses fonctions biologiques et écologiques dont celle de nourricerie et de frayère pour les
poissons. Ces écosystèmes sont pourtant soumis à de multiples facteurs de stress, à la fois naturelles et anthropogéniques, qui peuvent
représenter une menace potentielle envers les organismes aquatiques, en particulier pour les espèces commerciales de poissons. Dans
ce contexte, les effets de facteurs de stress environnementaux tels que la contamination chimique et les efflorescences algales nuisibles
(HABs) ont été étudiés par des approches in situ et expérimentales (microcosme et mésocosme) sur deux espèces de poissons : le flet
(Platichthys flesus) et le bar (Dicentrarchus labrax). Durant cette thèse, nous avons utilisé différents indicateurs pour déterminer les
réponses des poissons aux stress environnementaux. Parmi ces outils, nous avons utilisé des indices de croissance et condition, des
biomarqueurs moléculaires et des paramètres immunologiques.
Une approche in situ a été réalisée sur deux systèmes différents en termes d’influence anthropogénique : l’un est un système
fortement impacté (estuaire de la Seine) et les autres sont des systèmes moins impactés et/ou considérés comme ’’propres" (les
estuaires de la Canche, Authie et Somme). Comme les juvéniles de flet se concentrent dans les estuaires, nous avons choisi cette
espèce comme indicateur biologique pour évaluer la qualité de ces habitats estuariens. Cette étude in situ a souligné l’impact négatif
des contaminants sur la fonction de nourricerie des estuaires. L’estuaire de la Seine a montré les concentrations les plus élevées en
métaux et HAP dans les sédiments par rapport aux autres estuaires et les concentrations en métaux mesurées dans les juvéniles de flet
de cet estuaire ont également été significativement plus élevées que ceux échantillonnés dans les estuaires moins pollués. De même, la
croissance des poissons et les indices de condition ont été significativement plus faibles chez les individus de cet estuaire en dépit
d’une disponibilité de nourriture suffisante. Pour contrôler les facteurs environnementaux tels que les paramètres hydrologiques et la
nourriture, une expérience en microcosme a été réalisée sur les juvéniles du bar exposés à des sédiments frais prélevés sur cinq sites
avec différentes concentrations en contaminants en utilisant des approches multi-biomarqueurs. Après 21 jours d’exposition, aucune
accumulation de métaux dans les branchies des poissons et différence significative sur les performances physiologiques et les
réponses du système immunitaire des juvéniles de poissons n’ont été observées. Par contre, les réponses des biomarqueurs
moléculaires, principalement, les activités d’EROD, GST et CAT augmentent avec le gradient de contamination chimique des
sédiments après 7 jours d’exposition. Cette étude en microcosme confirme la sensibilité et la relative réponse précoce des
biomarqueurs moléculaires par rapport à la contamination chimique. Ces deux études ont souligné la complexité des réponses des
poissons aux stress environnementaux du fait des nombreuses variables environnementales in situ et de la sélection d’espèces de
poissons (pélagique ou benthiques) et de la durée d’exposition dans les essais en laboratoire.
Outre l’impact de la pollution sur les poissons, les efflorescences algales nuisibles (HABs) sont fréquentes le long de la
Manche orientale et risquent d’altérer les fonctions écologiques des zones côtières et affecter ainsi les zones de nourricerie et par
conséquent des populations de poissons. Néanmoins, les effets de deux proliférations d’algues nocives récurrentes : a) Phaeocystis
globosa et ses dégradés telles que les particules transparentes exoplymeriques (TEP) ainsi que la mousse résultant du bloom d’algue
et b) Pseudo-nitzschia pseudodelicatissima (en phase exponentielle par rapport à la phase sénescentes) ont été étudiées sur la
croissance et la condition des juvéniles du bar. Les deux expériences en mésocosme n’ont pas montré d’impact négatif sur les
performances physiologiques des juvéniles de bar et par conséquent sur leur survie et le succès du recrutement. En conclusion, les
résultats de cette thèse ont contribué par l’utilisation combinée de plusieurs approches et de différents biomarqueurs à améliorer laconnaissance sur les réponses des poissons face aux divers facteurs de stress environnementaux, ainsi que l’évaluation du statut
écologique des zones côtières et estuariennes.

Mots-clés : Pollution, efflorescences algales nuisibles, poisson, multi-biomarqueurs, croissance et indice de conditions des poissons,
estuaires