Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2011

(

Soutenance de thèse d’ Adrien Cartier, 13/12/2011

Mardi 13 décembre 2011

par Valérie PLOUVIN - publié le , mis à jour le

M Cartier Adrien, doctorant en Géosciences, Ecologie, Paléontologie, Océanographie, au sein du LOG, soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

(" Évaluation des transports sédimentaires sur le littoral du Nord-Pas de Calais :
vers une meilleure compréhension de la morphodynamique des plages macrotidales"
 :
)

Date : Le Mardi 13 Décembre 2011 à 14h30

Lieu : Salle de conférences de la MREN à Wimereux

JURY :

Directeur de thèse :
Héquette Arnaud

Rapporteurs :
Anthony Edward
Levoy Franck

Membres :
Kroon Aart
Larroude Philippe

Résumé :

Nos connaissances et notre compréhension de la dynamique sédimentaire des plages macrotidales est encore limitée de nos
jours en raison d’un manque de données lié à la plus faible proportion de ces plages à l’échelle mondiale. Trois plages macrotidales à barres et à bâches du littoral de la Côte d’Opale dans le Nord de la France ont été choisies pour mener cette étude. Elle se base sur trois approches différentes visant à caractériser (1) le régime tidal et les conditions hydrodynamiques, (2) la morphologie de la zone intertidale et (3) les flux sédimentaires longitudinaux (FL) et transversaux (FC) dans diverses
conditions tidales et énergétique. Le transport a été mesuré, dans la zone proche du déferlement, à l’aide de pièges à sédiment de type Kraus (1987) permettant de caractériser le débit solide à plusieurs niveaux au dessus du fond au cours de conditions d’agitation faibles à modérées (Hs < 1 m). Malgré une uniformité des flux le long de la plage, les phénomènes de vidange des bâches par l’intermédiaire de chenaux perpendiculaires au trait de côte permettent l’introduction de volumes de
sédiment significatifs, augmentant localement le FL. La distribution des flux à travers l’estran présente, quant à elle, une décroissance nette du bas de plage vers le haut de plage. Les mesures simultanées de FL et de FC ont démontré que le FC dirigé vers le haut de plage et la résultante du FC sont dans la plupart des cas supérieurs aux FL en raison de la plus forte intensité des vitesses de courant oscillatoire. Bien que la dérive littorale soit dirigée vers les côtes belges, ces résultats mettent en évidence des mouvements significatifs de volume de sable à travers la zone intertidale à l’échelle de la mesure,
ce qui influence fortement la morphodynamique de la plage. L’ensemble de la zone intertidale est toutefois apparue relativement stable, avec des changements plus significatifs à court terme qu’à plus long terme. Les mesures de transport ont permis de mettre en lumière le rôle fondamental des bâches dans la dynamique des plages macrotidales. Ces dépressions inter-barres sont en effet responsables de la canalisation du sédiment le long du rivage, limitant ainsi les transports
sédimentaires transversaux et par conséquent la migration des barres intertidales. Il est vraisemblable que le temps de résidence et l’intensité des processus hydro-sédimentaires jouent un rôle prépondérant dans la dynamique des barres intertidales. Les mesures ont également été comparées avec plusieurs estimations du transport sédimentaire issues de modèles numériques et morphodynamiques. Bien que les flux calculés surestiment en général le transport mesuré, certaines
formules semblent plus adaptées pour déterminer le FL dans la zone de levée.

Mots clés : Transport sédimentaire, mesures in situ, pièges à sédiment, macrotidal, morphodynamique, hydrodynamique,
modélisation numérique, Mer du Nord.