Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2009

Soutenance de thèse Abdel Elmimouni, 20/11/2009

Vendredi 20 novembre 2009

par Valérie PLOUVIN - publié le

M Abdel Elmimouni Doctorat de l’Université du Littoral dirigé par Edward Anthony, co-tutelle avec l’Université de Marrakech (co-directeur : Lahcen Daoudi) soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

Approche Expérimentale de Suivi de la Dynamique Morphosédimentaire du Littoral d’Essaouira, Maroc : Implications pour un Aménagement Raisonné

Date : Le vendredi 20 novembre 2009 à 9h

Lieu : A l’amphithéâtre des Darse à Dunkerque

Résumé.
La plage d’Essaouira borde une baie célèbre et fort anthropisée caractérisée par un environnement complexe, fragile mais actuellement équilibré sur le plan géomorphologique. Les processus en jeu, sous le triple sceau du vent, de la houle, et à une moindre mesure, de la marée, varient considérablement dans le temps et dans l’espace, et peuvent être profondément modifiés dans l’avenir par la pression anthropique et par des aménagements irraisonnés.
Afin de comprendre la dynamique morphosédimentaire qui anime la plage d’Essaouira, plusieurs campagnes expérimentales de mesures topométriques, hydrodynamiques et granulométriques ont été menées de 2004 à 2006. Ces mesures ont intégré des levés saisonniers, permettant de suivre l’évolution morphosédimentaire intra-annuelle de la plage d’Essaouira, et mensuels, destinés à mettre en évidence le rôle joué par l’oued Ksob sur les apports sédimentaires au niveau de cette plage, ainsi que des variations du budget sédimentaire durant les premiers mois qui suivent un événement exceptionnel de crue de l’oued.
Les mesures hydrodynamiques ont donné lieu à une analyse des paramètres de la houle et des courants moyens, et ont été associées aux variations météorologiques (conditions de vent d’alizé fortement présent dans la région). L’analyse combinée de ces deux éléments a mis en valeur la dominance d’une composante longitudinale de circulation hydrodynamique qui porte tantôt vers le S et SW au nord et au sud de la ville d’Essaouira en temps calme comme en temps agité, et des courants bi-directionnels au niveau de la baie. Cette dernière composante prend plus d’importance lors des conditions de temps agité. Les résultats topométriques apportent des renseignements sur la distribution et l’évolution de la morphologie de la plage dans la baie, et un éclairage sur les contrastes morpho-sédimentaires (érosion-accrétion). La baie d’Essaouira correspond à une cellule sédimentaire très complexe qui se subdivisée en plusieurs micro-cellules. L’oued Ksob joue un rôle primordial dans le fonctionnement de ce système complexe. En effet, les vents dominants du nord véhiculent, en été, une quantité importante de sable, vers le sud, sous forme de dunes barkhanoïdes. La majeure partie de cette masse de sable est piégée dans le lit de l’Oued. En période de crue, ces sables sont injectés dans la baie d’Essaouira, puis redistribués sur la plage par des courants locaux résultants d’une houle complexe et une marée semi diurne.
La construction projetée d’une station balnéaire au niveau de l’estuaire de l’oued Ksob, et du barrage Zerrar, à une trentaine de kilomètres de la ville d’Essaouira, risque, à terme, de menacer l’équilibre de l’ensemble du système littoral d’Essaouira.

Mots clés : plage, morphodynamique, hydrodynamique, érosion, apports sédimentaires, oued, crue, aménagement balnéaire, baie d’Essaouira, Maroc