Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2009

Soutenance de Thèse M Gaël Dur, 5/10/2009

Lundi 5 octobre 2009

par Valérie PLOUVIN - publié le

M Dur Gaël, Doctorant en Géosciences, Ecologie, Paléontologie soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

"Approche multi-échelle pour l’étude de deux copepodes estuariens vivant dans deux environnements
contrastes : de l’Ethologie à la Dynamique de population"

Date : Le Lundi 5 Octobre 2009 à 10h00

Lieu : A la National Taiwan Ocean University de Keelung à Taiwan.

JURY :

Directeur de thèse : Sami Souissi, Professeur, Université Lille I Sciences et Technologies

Jiang-Shiou Hwang, Professeur, National Taiwan Ocean University

Rapporteurs : Benni Winding Hansen, Professeur, Roskilde University Danemark

John Costello, Professeur, Providence College USA

Membres : Shin-Hong Cheng, Chercheur, Taiwan Fisheries Research Institute

Résumé :

Les copépodes calanoides Eurytemora affinis et Pseudodiaptomnus annandalei sont des espèces dominant
respectivement les communautés zooplanctoniques des estuaires tempérés et tropicaux. Ces deux espèces, bien
qu’issues de milieux contrastés, présentent de nombreuses similitudes avec entre autres un cycle de vie comprenant 12
stades avec un dimorphisme sexuel bien marqué. De plus, lors du processus de reproduction, les femelles des deux
espèces portent leurs oeufs.
L’approche multi-échelle utilise au cours de cette thèse pour étudier ces deux espèces combine des analyses
empiriques du comportement des copépodes à l’échelle de l’individu avec la modélisation individu-centré.
La partie consacrée à la petite échelle a pour but d’explorer comment les stades adultes des deux espèces nagent
et s’accouplent. Ces différents processus ont été appréhendés au cours d’études réalisées en laboratoire. Dans un
premier temps, des techniques d’enregistrement vidéo en deux dimensions ont été employées pour quantifier et
comparer le comportement de nage des trois stades adultes (males, femelles non-ovigères et ovigères) des deux
espèces sous des conditions stables. Cette partie de la thèse est également consacrée aux aspects méthodologiques et
numériques de l’étude du comportement des copépodes. A petites échelle, nous avons caractérisé le comportement des
copépodes, et décrit les dynamiques des différentes composante comportementales (pause, nage, coule, saute).
L’irrégularité des trajectoires a également été abordé par le biais d’approches multifractales. Ces différentes approches
statistiques fournissent des méthodes discriminatives des différentes caractéristiques comportementales liées au sexe,
à la présence de sac, à l’espèce et d’autres conditions. Le processus d’accouplement et ont été étudiés chez l’espèce
subtropicale à l’aide d’enregistrement vidéos en trois dimensions. Ces expériences révèlent que les femelles de cette
espèce sécrètent des phéromones qui diffusent dans le milieu sous la forme d’une trainée qui est utilisée par les mâles
pour retrouver leur potentielle « compagne ». Nous avons pu également observer et quantifier un choix des mâles de
la part des femelles sous la forme de danses sélectives. En effet, ces derniers doivent surmonter cette épreuve afin de
pouvoir s’accoupler. Les expériences sur l’effet du sexe ratio sur l’accouplement soulignent l’influence de ce dernier
sur le taux de rencontre ainsi que sur la sélection sexuelle.
L’approche de modélisation individu-centré nous a permis de faire le lien entre l’échelle de l’individu à celle de la
population. Dans un premier temps nous avons développé un modèle constituant une représentation réaliste du
processus de reproduction chez les espèces de copépode portant leurs oeufs. Le modèle a été paramétré pour E. affinis
à l’aide grand nombre de données expérimentales issues de la littérature mais également d’expériences en laboratoire
et sur le terrain. Les résultats obtenus en combinant l’effet de la survie des femelles et de la température révèlent une
plus grande importance de ce dernier sur la production journalière. Ce modèle a ensuite été intégré dans un modèle
reproduisant le cycle de vie complet d’E affinis. Celui-ci nous a permis de simuler le développement sur plusieurs
générations pour des conditions de température constantes. A l’aide du modèle consacré à la reproduction, nous avons
montré comment un processus observé à l’échelle de l’individu, i.e. la sélection des mâles par les femelles, peut
affecter la production moyenne de la population. Enfin, l’intégration de l’effet de la variation de température sur le
développement et la reproduction et d’une variation saisonnière de la survie des stades adultes et larvaires dans le
modèle représentant le cycle de vie d’ E. affinis, nous a permis de simuler la dynamique de population de cette espèce
sur plusieurs années.