Accueil > Productions scientifiques > Soutenance HDR et DSR

Soutenance Habilitation à Diriger les Recherches HDR de Dorothée Vincent

par Valérie PLOUVIN - publié le

Soutenance de l’HDR de Dorothée Vincent (ULCO LOG Wimereux) intitulée :
Structure et fonction du zooplancton dans le réseau trophique et les cycles biogéochimiques

Date :11 décembre 2017 à 9h00

Lieu : Salle de conférences MREN LOG à Wimereux

Au cours de cette soutenance, présentation de ses activités de recherche qui peuvent être déclinées en 3 axes et objectifs principaux :

1) Identifier des périodes clefs du fonctionnement du réseau trophique.

Dans ce contexte, mes travaux ont porté sur la variabilité saisonnière des micro-algues nuisibles et/ou toxiques (Phaeocystis globosa et Pseudo-nitzschia spp.) en Manche-Mer du Nord.

2) Quantifier, à échelle spatiale plus fine, les interactions entre composantes planctoniques dominantes.

Ce second axe de recherche s’est focalisé sur l’étude des interactions trophiques entre proies et prédateurs zooplanctoniques, aux effets d’exposition phytoplancton/ressources (e.g. juvéniles de poissons) mais également à l’intégration de composantes zooplanctoniques nouvelles (espèces introduites et/ou invasives ; zooplancton gélatineux) et leur influence sur le fonctionnement de l’écosystème planctonique.

3) Estimer les conséquences de ces interactions sur la dynamique des cycles biogéochimiques.

Ce dernier axe de recherche permet de suivre le devenir de la matière ingérée dans un système trophique phytoplancton-copépodes. Ce travail réalisé via l’utilisation de traceurs isotopiques (13C, 15N) et radioactifs (55Fe, 32Si) permet de rendre compte des processus de régénération directs (e.g. excrétion) et indirects (e.g. pelotes fécales, sloppy feeding) de la matière organique.

Mes perspectives de recherche s’inscrivent dans la continuité de mes travaux en cours sur le fonctionnement du réseau trophique planctonique, en couplant observations et expérimentations.
Au cours des prochaines années, mes travaux viseront à détailler plus particulièrement le rôle joué par le broutage des copépodes :(i) dans le fonctionnement de la pompe biologique de carbone et (ii) dans le transfert de composés nutritifs (acides gras poly-insaturés) et de polluants émergents (micro- et nanoplastiques) vers les maillons trophiques supérieurs (e.g. poissons).