Accueil > Séminaires année 2016

Séminaire de Thomas Bastian

jeudi 28 janvier 2016 à 11h

publié le , mis à jour le

Séminaire au LOG par Thomas Bastian (Post Doc ULCO-LOG) intitulé :

Le plancton gélatineux : une composante des réseaux trophiques marins trop longtemps sous-estimée ?

Date : jeudi 28 janvier 2016 à 11h

Lieu : Salle de conférences à la MREN Wimereux

Résumé :

Au cours des dernières décennies, la littérature scientifique et les médias se sont faits l’écho d’un nombre croissant de cas de proliférations de méduses et autres organismes gélatineux et de leurs effets négatifs sur les activités humaines (tourisme, industries côtières, aquaculture, pêche). Parallèlement à cela, s’est développée l’idée que l’augmentation en fréquence et en amplitude de ces blooms de gélatineux serait symptomatique d’une réorganisation des réseaux trophiques pélagiques résultant des changements globaux (changement climatique, surpêche, artificialisation des littoraux...). Si la réalité d’une « gélification » des océans à l’échelle mondiale est sujette à débat, ce regain d’intérêt pour le plancton gélatineux aura surtout permis de mettre en évidence les limites de nos connaissances quant à l’écologie des organismes qui le composent. En particulier, quantifier leur(s) contribution(s) aux processus écologiques des milieux océaniques (flux trophiques, couplage bentho-pélagique) reste difficile car leur biomasse totale, sa variabilité spatio-temporelle et ses déterminants environnementaux demeurent souvent mal connus. De même, la plupart des interactions interspécifiques restent à clarifier.

C’est dans ce contexte général que s’inscrivent mes activités de recherches. Au cours de ce séminaire je présenterai celles concernant le cténaire Pleurobrachia pileus et sa dynamique temporelle, ainsi que les études réalisées sur l’espèce introduite Mnemiopsis leidyi. Je mentionnerai également mes travaux sur les méduses scyphozoaires et leurs enseignements quant à l’évaluation des interactions entre ces organismes et les autres composantes de l’écosystème (ex. prédation sur les œufs et larves de poissons ?). Enfin, j’évoquerai les perspectives nouvelles qu’ouvre l’application des approches de bio-logging (ex. accélérométrie triaxiale) à l’étude du comportement de nage des méduses et de la dynamique spatio-temporelle des bancs, et l’applicabilité de ces méthodes à d’autres taxa.