Accueil > A la une > Sujets de thèse proposés au LOG en 2015

Optimisation des cultures de copépodes et de leur utilisation comme proies vivantes alternatives

publié le , mis à jour le

Université : Université de Lille 1

Ecole doctorale : SMRE

Filière doctorale : GEPO - Géosciences, Ecologie, Paléontologie, Océanographie

Titre de la thèse : « Optimisation des cultures de copépodes et de leur utilisation comme proies vivantes alternatives ».

Encadrement  : Direction : Sami Souissi (PR)

Email de contact  : sami.souissi@univ-lille1.fr

Laboratoire(s) de Rattachement : Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences, UMR LOG 8187

Financement prévu  : 50% Université de Lille 1, 50% PFI NV

Sujet de thèse
Face à la surexploitation de plusieurs ressources marines et surtout à la forte demande en alimentation humaine en produits de la mer (surtout des proteines), l’aquaculture est souvent proposée comme une alternative prometteuse à ces pratiques traditionnelles d’exploitation des ressources marines. Pour atteindre ces objectifs, le secteur de l’aquaculture doit investir massivement dans les différents axes de recherche afin de promouvoir le développement de nouvelles espèces émergentes et de nouveaux protocoles de culture des organismes marins. De plus l’aquaculture doit bénéficier des avancées faites dans d’autres domaines de recherche comme l’écologie marine, l’écologie évolutive et d’autres disciplines.
Aujourd’hui, alors que la production de larves de poissons de haute qualité est essentielle pour l’aquaculture, le commerce des aquariums et à des fins de stockage ; l’alimentation des larves gagne en importance dans le domaine de l’aquaculture. De plus, et en raison d’une diminution globale de l’offre en Artemia (proie vivante classique récoltée sous forme de cystes dans le milieu naturel) et de la diversification des espèces élevées, comme les poissons ornementaux avec de très petites larves, ou d’autres espèces avec de très petite ouverture de la bouche, une alternative ou un complément à l’alimentation vivante pour les larves est essentiel.
La faible diversité des proies vivantes traditionnelles utilisées dans l’aquaculture et l’émergence de nouvelles espèces en aquaculture favorisent les études pilotes de recherche sur l’utilisation des proies vivantes de substitution et/ou complémentaires. Dans ce contexte, l’utilisation de copépodes qui sont les proies naturelles des larves de poissons est renforcée.
A l’heure actuelle, plusieurs projets de recherche en aquaculture visent à domestiquer de nouvelles espèces de copépodes pour des applications industrielles. Le nombre de publications dans des revues spécialisées en aquaculture qui ciblent les copépodes a augmenté significativement durant les dernières années. Toutefois, la culture des copépodes à l’échelle industrielle pose encore des défis scientifiques et technologiques. Ces recherches s’appuient fortement sur le savoir faire de quelques spécialistes de copépodes et offrent une interface intéressante entre écologie des copépodes et aquaculture. Le présent projet de thèse s’intègre dans cette dynamique émergente qui est fortement ancrée et exclusivement au LOG.
L’objectif de la thèse est de pousuivre les recherches sur le perfectionnement des cultures de copépodes dans de gros volumes et en circuit fermé. La thèse comporte 3 axes de recherche : i) optimisation de la culture de plusieurs espèces de copépodes ayant des stratégies écologiques différentes ; ii) développer des protocoles de collecte et conservation des œufs et larves de copépodes ; et iii) réaliser des essais larvaires pour quantifier la valeur ajoutée d’introduire les copépodes dans le régime alimentaire des larves de poissons. Le dernier volet de la thèse se fera en collaboration avec plusieurs de nos partenaires nationaux et internationaux (académiques et industriels).

Profil du candidat
Tout candidat doit être titulaire (ou bien en cours) d’un Master 2 dans un domaine aquatique et il(elle) doit être très motivé(e) pour intégrer une équipe expérimentale et réaliser un sujet de recherche innovant mais avec un volet fortement appliqué (R&D). Le(la) candidat(e) doit avoir une très bonne expérience en expérimentation sur les organismes aquatiques (idéalement micro-algues, copépodes et/ou proies vivantes et larves de poissons).

Contact : Les candidats intéressés sont pries de prendre contact avec Sami Souissi (Sami.Souissi@univ-lille1.fr).